Email

contact@nord-nettoyage.com

Telephone

06 52 00 45 38

Email

contact@nord-nettoyage.com

Telephone

06 52 00 45 38

Pourquoi certaines personnes accumulent ?

Nous sommes nombreux à avoir dans nos armoires et nos placards des vêtements et des objets dont nous ne nous servons jamais. Ils sont là depuis des années, dans un état parfait, ou à réparer ou par nature complètement inutiles. Bien souvent, nous les conservons car ils pourraient servir…. Chacun s’accorde à sourire de cet insignifiant travers, très partagé. Mais certains d’entre nous ont développé une telle habitude de conservation qu’il s’agit alors d’accumulation, voire de syndrome compulsif de stockage. Pourquoi devient-on incapable de se séparer de son bien et pour quoi continuer à en acquérir ?

L’accumulation, un réflexe naturel ?

Il semble qu’à l’origine la conservation des surplus ait été un comportement de survie. L’anticipation de périodes de manque (de nourriture, de chaleur, de sécurité de manière générale) a sans doute été un puissant moteur de développement et d’inventivité. L’on peut se demander si tousles biens conservés étaient alors consommables ou utiles…

Depuis, l’avènement de la surconsommation à partir des années 50 a remodelé l’image de l’individu social en individu consommateur, trouvant sa place en affichant son pouvoir d’achat. À ce moment, l’acquisition et la conservation de biens à priori inutiles explosent. Cela s’exprime en vêtements en surnombre, en outillage en doublon, en robots électroménagers jamais sortis de leurs emballages, etc. Le comportement de consommateur est devenu composante identitaire, indissociable de l’image et de la comparaison. Publicité et marketing entretiennent joyeusement ce travers.

Mais la prévoyance, dans des limites justifiables, est plutôt un comportement positif et responsable. Le questionnement vient des incompréhensibles volumes stockés et de leur conservation même lorsqu’ils apportent inconfort ou nuisances.

La syllogomanie

Il s’agit d’un trouble obsessionnel d’accumulation compulsive d’objets éventuellement inutiles, sans valeur pécuniaire significative. À la différence des collections, le stock est hétéroclite, non classifié et/ou rangé.

Les personnes atteintes de syllogamie constituent et conservent tout un stock pour un usage ultérieur. Les motivations invoquées ne manquent pas de cohérence pour faire face aux aléas de l’avenir. Les vêtements sont conservés pour les lendemains d’un régime amaigrissant réussi, pour leur joliesse et leur prix, pour leur future fonction de cadeau, de dépannage ou de ressource pour réparer autre chose. Mais ces projections dans l’avenir n’aboutissent jamais et les objets stockés tombent dans le domaine de l’inutile. Or, parvenus à ce stade ils sont tout de même conservés en prévision d’un avenir encore plus lointain.

On parle alors d’un trouble psychique. Même confronté à un volume d’objets usés, inutiles, cassés et tellement encombrants qu’il ne peut quasi plus circuler entre eux, l’accumulateur est malade de l’idée même de s’en séparer. Son mode de vie et sa relation aux autres s’en trouvent parfois profondément affectés (notamment dans le cadre de la vie commune), sans pour autant modifier le comportement.

Le syndrome de Diogène

Vous recherchez une entreprise specialiste du nettoyage ?

Cliquez ici pour obtenir un devis gratuit en 24H

Appelez-nous au 06.52.00.45.38

De la même manière, les personnes accumulent et conservent, mais chez elles, ce trouble est associé à d’autres problèmes psychologiques et/ou psychiatriques : Alzheimer, sénilité, anxiété sociale ou schizophrénie. Très souvent, il existe en parallèle une négligence de l’hygiène corporelle et de l’état de salubrité de leur environnement. Il semble que ces états négligés ne les perturbent pas particulièrement et l’habitat se dégrade. De très nombreuses personnes âgées et socialement isolées souffrent d’un syndrome de Dyogène.

À noter que l’entreprise Nord-Nettoyage intervient généralement lorsque l’appartement ou la maison n’est plus occupé. Il s’agit alors de débarrasser et vider l’habitation, effectuer un nettoyage extrême et une désinfection.

Origine et identification

Les troubles d’accumulation compulsive sont difficiles à soigner. Leur origine est assez floue et les chercheurs ne sont pas encore d’accord sur ce point. La conséquence est qu’il n’existe pas de profil type permettant d’identifier les limites d’un comportement nécessitant une prise en charge et des soins.

L’on sait que les cas sont plus nombreux dans certaines familles. Cela pourrait indiquer une origine en partie génétique de ces comportements excessifs. Par ailleurs, les multiples problèmes mentaux fréquemment associés dans le syndrome de Diogène suggèrent une corrélation mentale favorisant son apparition.

Les troubles de l’accumulation compulsive pourraient, semble-t-il, être aggravés par d’autres difficultés telles, l’alcoolisme, la dépression sévère ou un AVC. Cependant, il semble que les premiers et discrets symptômes apparaissent à l’adolescence et se développent véritablement à la suite d’un choc émotionnel et traumatique. Dans ce cadre, l’accumulation serait une tentative de compenser le stress vécu et une manière de défense et de soin psychologique.

Conséquences et risques

Malheureusement, ce trouble entraine de nombreuses autres difficultés. La première est d’ordre social, l’accumulateur se trouvant souvent dans une situation d’isolement. Il lui devient désagréable d’ouvrir sa porte, l’image donnée par l’encombrement exagéré de son lieu de vie étant difficile à assumer. Il semble que 75 % des personnes souffrant d’accumulation compulsive soient dépressives.

Le deuxième est d’ordre sanitaire. La quantité d’objets ne permet plus les gestes élémentaires de ménage domestique et le maintien de l’état de salubrité. Ainsi, rien ne s’oppose à la colonisation et l’infestation par les nuisibles, insectes, rongeurs, champignons, bactéries… et au risque de développement de maladies.
Enfin, le risque de ne pouvoir maitriser un début d’incendie est lui aussi très réel. L’entassement d’une grande quantité de matériaux alimente facilement le feu et permet la persistance de foyers dormants dans des recoins inaccessibles et incontrôlables.

Que faire face à l’accumulation compulsive ?

Il n’existe pas de traitement médicamenteux pour aider ces personnes, traiter leur trouble et le guérir. Il conviendrait plutôt de recourir à une prise en charge psychologique. Il pourrait être envisagé un accompagnement à la recherche des causes profondes ou de l’événement traumatique déclencheur ou encore une recherche de changement du comportement par une démarche longue et progressive.

Nord-Nettoyage intervient pour un grand désencombrement suivi d’un nettoyage et d’une désinfection en profondeur. Cependant, cela n’est indiqué, à l’évidence, que dans le cas où le logement n’est plus occupé. Dans le cas inverse, il convient avant de s’adresser à l’entreprise de s’assurer que l’accumulateur est conscient du vide qui va être créé, qu’il est consentant et pourra supporter psychologiquement le changement de son nouvel espace de vie. Rien n’est moins assuré que cette capacité et le risque de plonger la personne dans une très profonde détresse est tout à fait réel.

Nos Agences

Hauts de France

679 Avenue de la République
59800 LILLE
--------------------------
6 rue St Pol
59140 DUNKERQUE
06 52 00 45 38

Ile de France

31 Avenue de Ségur
75007 Paris
06 52 00 45 38

A lire

Articles similaires